Menu

Don du sang Nogaro Aignan : une année de succès

00 Rolande Delord-Lassus 1bis 161020.jpg

Malgré la crise sanitaire

Rolande Delord-Lassus, présidente de l’association Don du sang Nogaro Aignan (DSNA), a de quoi être satisfaite en faisant le bilan de l’année écoulée. Lors de l’assemblée générale du 16 octobre 2020 à la salle d’animation de Nogaro.

En effet, l’association a organisé en 2020, avec l’Établissement français du sang (EFS), 6 séances de collectes de sang, dont 2 à Aignan. Une 7e est programmée le 16 novembre 2020 à Nogaro.

Ne pas relâcher l’effort de don

Créée en 2018, l’association – alors dénommée Don du sang À Nogaro – est passée de 40 donneurs à 120 cette année. Grâce notamment aux bénévoles de l’association.

Les besoins en sang sont énormes, parce que les donneurs habituels n’ont pas eu accès à l’EFS pendant le confinement. L’EFS fait donc appel à la solidarité du public pour reconstituer ses réserves, avec les précautions sanitaires qui s'imposent.

C’est l’antenne de Tarbes, avec comme responsable le docteur Marie-José Pommier, qui envoie une équipe de 5 personnes à Nogaro et à Aignan. La crise sanitaire restreint ses effectifs. Cependant, maintenant que le créneau horaire va de 11 h 30 à 18 h 30, l’équipe, comme les bénévoles, sont moins stressés.

Le même nombre de collectes est prévu en 2021.

Rôle des bénévoles

Le rôle des bénévoles est capital. Au nombre d’une vingtaine, dont 10 donneurs, ce sont eux qui organisent un accueil agréable et convivial pour les donneurs. Lors des collectes, qui durent, à présent, 7 heures, ils se relaient sur place. En effet, donner du sang cause une certaine fatigue.

Leur rôle est aussi un rôle de communication : ils placent les affiches qui annoncent les dates des collectes etc.

Finances

Les dépenses s’élèvent à 953 euros. Les recettes sont de 1 230 euros auxquels il faut ajouter le solde de l’exercice précédent (1 245 euros). Soit un total de 2 476 euros.

À noter :

  • il n’y a que 3 subventions : 130 euros de l’UD 32 (préfecture), 1 000 euros de la municipalité de Nogaro et 100 euros de celle de Caupenne-d’Armagnac,

  • c’est l’EFS qui apporte les collations pour régaler les donneurs, ce qui fait une charge de moins pour DSNA,

  • si d’autres subventions venaient à se concrétiser, l’association pourrait acheter un ordinateur.

En conclusion, la présidente recommande aux bénévoles de faire connaître plus que jamais les besoins en sang et l’association qui aide à les satisfaire.

1 Rolande Delord-Lassus 1 161020.jpg
Rolande Delord-Lassus
2 Une partie de l'assistance 1bis 161020.jpg
Une partie de l'assistance
3 Autre partie de l'assistance 1bis 161020.jpg
Autre partie de l'assistance
4 Rolande Delord-Lassus 1bis 161020.jpg
Rolande Delord-Lassus pendant son rapport moral et d'activité
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles