Menu

La dégringolade ... des pierres !

Condom cathédrale IMG_3433.jpg

Attention danger !

La cathédrale de Condom s’effrite...

La vieille dame de la Place St Pierre perd ses pierres. Depuis quelques jours, le "Couloir des Belles Mères"  est fermé à la circulation et aux piétons, du fait de chutes de petites pierres qui pourraient  blesser les passants. Il est effectivement urgent de prévenir avant que ne survienne un accident.

Le  risque de chute des plus grosses est aussi bien réel, vu l’état de certaines parties de ce bâtiment.

En début d'année, l'attention des candidats aux élections municipales avait été attirée par la Société archéologique de Condom sur la la situation plus que préoccupante de cet édifice, un emblème de la ville. 

Pour en savoir plus, reprenez l'article détaillé du Journal du Gers du 1er février 2020 et vous serez édifié sur la situation de ce joyau de la cité.

Nicole Siffert et Pierre Beyries avaient alors organisé des visites pour faire constater l'état du bâtiment.

Les postulants à la mairie de la ville s'étaient alors engagés à s'en occuper et à remettre en état les parties les plus dégradées de la Cathédrale, et notamment les écoulements d’eau des toitures bouchés par la fiente de pigeons 

Il faut souhaiter que les engagements évoqués à cette époque soient tenus rapidement, maintenant que l'urgence se profile.

... Et espérer que cette voie de circulation importante pour la vie du centre ville de Condom ne reste pas fermée trop longtemps.

Une cathédrale de style gothique flamboyant !

Un monastère bénédictin existait à l'origine. L'église primitive devait posséder un déambulatoire avec chapelles rayonnantes. En 1317, l'abbatiale fut érigée en cathédrale. En 1368, le monastère menaçait ruine. La reconstruction de l'ensemble épiscopal débuta en 1506. La cathédrale, en mauvais état, subit d'abord une destruction partielle en 1569, puis des mauvais traitements durant la Révolution. En 1796, l'ensemble fut vendu comme bien national, puis racheté par la ville en 1861. Entre-temps, elle est classée, en 1840, sur la première liste des monuments historiques. Sans doute en raison de ce classement, des premiers travaux de restauration débutent, notamment la réalisation des vitraux.

Ce monument est l'un des plus appréciés par les Condomois, mais surtout le lieu le plus visité des touristes et des pèlerins.

De nombreux concerts y sont régulièrement proposés. Mais le manque d'entretien de ces bâtiments peut avoir des conséquences désastreuses qui impacteront également la vie de la cité.

Photos Marc Le Saux

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles