Menu

Des élus prennent leur bâton de pèlerin pour expliquer le projet du PNR

DSC05448 (Copier).JPG

Trois Communautés de Communes investies dans ce projet

Depuis 2017, les trois communautés de communes qui composent l’Astarac : Astarac Arros en Gascogne, Cœur d’Astarac et Val de Gers se sont investis dans un vaste projet :  créer un Parc Naturel Régional ( PNR) afin d’obtenir des moyens  pour préserver et valoriser leur territoire  en complément des structures existantes.

Une information de la population

Après, en début d’année, une consultation des conseils municipaux de chacune des communes concernées, les 21 porteurs du projet  sont passés à la phase d’information des populations afin d’appuyer l’enquête de faisabilité actuellement en cours. Avec cet objectif, ils  vont à la rencontre de chacun dans les marchés, les manifestations festives, ainsi que, lors de réunions dans les villages programmées à l’initiative des maires. C’est ainsi qu’à l’invitation de René Pagotto, Gaëlle Rinsard, directrice de Val de Gers, et Olivier Baratz, maire-adjoint de Traversères, une réunion d’information a eu lieu dernièrement à Moncorneil-Grazan.

Un PNR , avant tout, un projet de développement du milieu rural

Après un rappel rapide des caractéristiques historiques, géographiques, économiques et culturelles de l’Astarac, usant  de mots très simples et d’ un support visuel, ces deux intervenants ont expliqué ce qu’était exactement un PNR, en fait un label correspondant à une démarche institutionnelle permettant « de faire ce qu’on ne pourrait pas faire sans cet outil » qui, pour un centime investi,  permet au territoire d’en récupérer neuf auprès de l’Etat, de la Région et du Département. Le PNR serait donc pour l’Astarac un capteur de financement extérieurs. Ces deux  intervenants particulièrement convaincus prennent régulièrement leur bâton de pèlerin pour visiter les PNR déjà fonctionnels  dans les autres départements, permettant ainsi de montrer des exemples concrets, comme ce fût le cas ce soir-là, avec le PNR de l’Aubrac . Avant de passer la parole à l’assistance et l’inviter à remplir le questionnaire faisant état de ses attentes, il a été bien précisé que l’étude de faisabilité n’en était qu’à ses débuts et plusieurs années seront nécessaires avant  la mise en route effective du projet.

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles