Menu

Le moulin à vent, sorti de ses ruines, bientôt opérationnel

DSC08327 .jpeg

Après des mois de travaux

C’est un spectacle rarissime auquel ont pu assister quelques curieux ,sur la belle place du village qui prend désormais  un caractère que beaucoup lui envierait. Cela   faisait des mois que les maçons étaient en train de remonter les murs de l’ancien moulin à vent qui jouxte la maison du meunier,  devenue depuis l’an dernier un four à pain opérationnel. Restait à mettre en place à l’intérieur  la  meule et son mécanisme et  coiffer le tout de son toit  conique avant de poser les ailes.

Une équipe  de charpentiers spécialisés ,venus de Lautrec  

Tout avait été minutieusement taillé et assemblé  à Lautrec  , dans l’atelier dont le chef de travaux est Mr Garibal , spécialisé dans ce type de charpentes, puis démonté pour le transport jusqu’à Durban.   A nouveau,  des jours d’assemblage des différents éléments de  bois, issus principalement des forêts de  la Montagne Noire : chêne, peuplier, douglas , buis, chacun étant utilisé en fonction de sa résistance à l’usure  inévitable  et aux intempéries.  Il fallait également aménager la plate-forme intérieure  et l’escalier , le tout dans le respect de l’authenticité sans pour autant lésiner sur la sécurité.  La meule elle-même provient  du granite du Sidobre qui a été  taillé dans le même atelier, de manière spécifique en vue de sa destination particulière.

La mise en place du toit et de la structure intérieure, un travail de précision

 C’est un camion grue ( manipulé par une jeune dame,  ce qui n’a pas manqué de surprendre certains anciens )  qui a d’abord  installé  les deux blocs de granite avant de poser le toit, un travail d’une extrême précision pour en assurer une étanchéité parfaite. Autre travail d’une  grande rigueur , la mise en place de la queue du moulin afin que ses ailes soient orientables en fonction du vent et ensuite des ailes  elles-mêmes dont le fronton arbore une superbe croix occitane sculptée. La pose des toiles et la mise en route des engrenages vont demander quelques jours encore,  avant que le premier grain de blé ne soit moulu à Durban. Le grain amené en sac par une poulie,  sera moulu à l’étage et la farine  récupérée et blutée au-dessous. Cherchant à allier tradition et modernité, la meule pourra être aussi actionnée par un moteur électrique ( 6 centimes /heure), permettant l’utilisation permanente de la structure . Déjà trois boulangers envisagent de l’utiliser régulièrement  mais elle aura aussi un intérêt patrimonial incontestable, renforcé par sa proximité avec le paléo-site de Sansan       

DSC08325.jpeg
L'équipe qui s'est occupée de la charpente !
DSC08315.jpeg
La meule pourra être actionnée aussi par un moteur électrique
DSC08280.JPG
Mise en place de la queue du moulin
DSC08310 .jpeg
Fixation des ailes
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles