Menu

D'Hendaye à Banyuls, un défi que s'était lancé Henri Goudillon

henri goudillon.png

Ancien militaire, il a marché pour ses camarades , blessés de guerre

Quand on rencontre Henri Goudillon, récemment  installé dans le village, avec son béret, son accent,  on pourrait le prendre pour un authentique gascon, d’autant plus qu’il se débrouille  bien dans cette langue même si ça se rapproche plutôt du patois du Lauragais. En fait Henri Goudillon,  Riton pour les intimes, est un jeune retraité militaire de 55 ans, ancien cadre de l’Ecole nationale des sous-officiers d’Active (ENSOA) de Saint-Maixent-l’Ecole. En regardant de près, pour ce lieutenant-colonel, le béret quant à sa taille et à la manière de le porter est  plutôt celui des chasseurs alpins, à moins qu’il ne s’agisse d’une référence au béret béarnais.

Un ancien militaire et aussi un grand sportif  

C’est aussi un grand sportif puisque du 28 mai au 16 juillet 2017, il a effectué la grande traversée des Pyrénées sur la trace du GR 10, d’Hendaye à Banyuls avec un final  à Collioure au Centre national d’entraînement commando,  soit un périple de 900kms en 50 jours, avec 50kms de dénivelé positif et autant de dénivelé négatif. Cet itinéraire de moyenne montagne empruntant vallées, sommets et cols a  exigé une bonne expérience du milieu montagnard, une bonne condition physique et la connaissance des moyens d’orientation en toutes circonstances.  Cette grande traversée était pour lui un défi personnel rappelant le chemin de Saint Jacques « Mio camino », comme il aime a le répéter avec un objectif bien défini : marcher pour une bonne cause au profit de ses frères d’armes blessés de l’Armée de Terre. Cette initiative s’est faite en partenariat avec l’ENSOA, la maison-mère des sous-officiers dont la devise est «  s’élever par l’effort ».

Un défi à but humanitaire aussi

Au cours de cette grande traversée, Henri Goudillon a voulu, comme il l’a fait pendant les trente cinq années au service de la France, développer au quotidien les valeurs de courage, de fraternité, de partage et de solidarité. Les derniers kms, il les a parcourus  avec une délégation de l’ENSOA avec son général en tête, avec son camarade de promotion et frère d’armes Pierre, président des aveugles de guerre et son épouse. Tout au long de son extraordinaire aventure et en relevant ce défi physique et mental, Il s’est attaché à s’élever par l’effort en portant ainsi au plus haut niveau les couleurs de l’ENSOA dans cette belle montagne des Pyrénées. Au cours de son périple, il a récolté 5130 euros qu’il a remis à l’association Terre Fraternité au profit de la cellule d’aide aux blessés de l’armée de Terre.

Après avoir relevé un tel défi, il aura certainement bientôt envie d’aller voir  bien au-delà des chemins de Moncorneil-Grazan et des environs !

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles