Menu

Jazz in Marciac - Dee Dee Bridgewater, de Memphis (TN) à Marciac (32)

deedee_0.jpg

Dee Dee Bridgewater fait ses débuts à New York en 1970 en tant que chanteuse principale du groupe dirigé par Thad Jones et Mel Lewis. L'un des meilleurs orchestres de jazz de l'époque. Ces années NewYorkaises constituent le marqueur d’une carrière précoce, tant dans les concerts que dans des enregistrements réalisés avec des géants, tels que Sonny Rollins, Dizzy Gillespie, Dexter Gordon, Max Roach et Roland Kirk, ainsi que de riches expériences avec Norman Connors, Stanley Clarke et le Loud Minority de Frank Foster.

À cette époque, Dee Dee ne se souciait pas beaucoup des labels et, en 1974, elle saute sur une occasion de jouer la comédie et de chanter sur Broadway, où sa voix, sa beauté et sa présence sur scène lui valent un énorme succès, en même temps qu’un Tony Award pour son rôle de Glinda, la bonne sorcière, dans le Magicien d’Oz. Suivent alors une longue série de prix et de distinctions, ainsi que l’opportunité de travailler à Tokyo, Los Angeles, Paris et Londres.

Nommée ambassadrice de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) en octobre 1999, Dee Dee s'associe à la lutte contre la faim dans le monde. Appelant à la solidarité internationale pour financer ses projets, les ambassadeurs de la FAO contribuent à développer l'autosuffisance dans la conservation et la gestion à long terme de l'agriculture durable, du développement rural et de la conservation, ainsi que de la gestion des ressources naturelles.

Reprenant le règne du JazzSet de Branford Marsalis, Dee Dee apporte son message aux auditeurs. Le JazzSet de NPR avec Dee Dee Bridgewater est l'oreille et les yeux des amoureux du jazz dans le monde de la musique live. Il présente les meilleurs artistes de jazz d'aujourd'hui, jouant sur les scènes du monde entier, et amène les auditeurs à Porto Rico, à Cuba, ainsi qu’à Marciac et à travers le continent nord-américain, de Montréal à Monterey.

Le concert

Après une courte introduction d’un groupe dirigé d’une solide poigne par le claviériste Dell Smith (Hammond et Yamaha Motif XF8), Dee Dee bondit sur la scène, affublée de grandes lunettes à monture rouge et directement reconnaissable à son crâne glabre : « Salut, Marciaaaaac ! » La salle réagit au quart de tour.

Elle parle presque parfaitement la langue de Molière et les gens apprécient qu’elle leur raconte ainsi les histoires de son Memphis natal pendant que les musiciens, Marc Franklin (trompette), Arthur Edmaiston (sax), Charlton Johnson (guitare), Barry Campbell (basse) et James Sexton (batterie), flanqués de deux excellentes choristes (Sharisse Norman et Shontelle Norman Beatty), font monter la pression.

S’ensuivent deux heures d’un blues nerveux et tendre à la fois, et une inimitable présence sur scène.

Dee Dee est passée. Wow !

Pierre Painblanc

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles