Hommage à Gèli Grande de Layrac (1953-2022), ardent militant de l’Occitanie

271717893_10228602234827764_4278027159365236445_n.jpg

Il était né de l’autre côté de la Méditerranée, en Tunisie. Il est arrivé chez nous avec ses parents, ses frères et sa sœur à l’âge de 6 ans. Son père, Italien d’origine, ne parlait italien qu’à sa mère et lui disait qu’il fallait parler la langue de ce pays d’accueil des pieds-noirs, le français. Mais il ne tarda pas à se rendre compte que la langue d’origine de l’Agenais et d’un ensemble plus vaste nommé l’Occitanie était l’occitan et soucieux de s’intégrer dans son nouveau pays, il se mit en devoir de l’apprendre sous la férule de Jean Rigouste alors professeur d’occitan au lycée Palissy d’Agen. Il ne se contenta pas d’adopter la culture occitane, il fit des rencontres qui le menèrent à une action plus politique pour l’Occitanie comme celles de Christian Rapin, Maurice Pépin de l’ex librairie occitane rue Grenouilla, Jean-Jacques Verdoux, Jacques Ressaire et surtout François Fontan, fondateur en 1959 du Parti Nationaliste Occitan, aujourd’hui Parti de la Nation Occitane dont il était devenu il y a quelques années un des trois coprésidents. Militant infatigable de la cause occitane comme moi, nous avons mené de nombreux combats ensemble et participé depuis 1982 à quasiment toutes les grandes manifestations pour la langue occitane mais aussi à l’Escòla Occitana d’Estiu de Villeneuve- sur-Lot et encore l’Estivada de Rodez, l’Université Occitane de Nîmes et j’en passe. En liaison avec son militantisme, il était féru de toponymie et d’onomastique pour laquelle il contribuait à l’émission Adichats dans une radio locale. Il collaborait à la maison d’éditions layraquaise « les bouts de papier » et poète occitan à ses heures, il venait d’y publier un recueil de poésie « Punta de roge ». Il ne dédaignait pas non plus le dessin ni la littérature. Passionné par le rugby, il avait créé la Mesclanha (mêlée) association pour le retour de la finale du top 14 dans le Grand Sud. Travaillant à la Poste puis à la banque postale, il avait connu le déchirement de l’exil pour raisons professionnelles à Paris, Aix en Provence puis Bordeaux pour retourner à Layrac pour sa retraite. Bon vivant, il appréciait la cuisine et les vins occitans. Son engagement culturel et politique ne l’empêchait pas d’être attachant et toujours aimable avec ses interlocuteurs, jamais agressif avec ceux qui ne partageaient pas ses idées. Gravement malade depuis quelque temps, il semblait sur la voie de la guérison mais affaibli, il s’en est allé contre toute attente. Nous étions amis très proches depuis 47 ans et son départ est une blessure profonde que même le temps ne pourra guérir. Avec une infinie tristesse, j’adresse mes plus sincères condoléances à son épouse Janine et à toute sa famille et les assure que je veillerai à continuer son combat pour une Occitanie libre. Adiu Gèli comme on dit au carnaval : tu t’en vas e io demòri

Jean-Pierre Hilaire

In memoriam

Omenatge a Gèli Grande de Lairac (1953-2022), militant afogat de l’Occitània

Èra nascut sus l’autra riba de la Mar Miègterrana, en Tunisia. Arribèt en çò nòstre amb sos paires, sos fraires e sa sòr a l’atge de 6 ans. Son paire, Italian d’origina, parlava italian sonque a sa maire e li disiá que caliá parlar la lenga d’aquel país d’acuèlh dels pènegres, lo francés. Mas tardèt pas a se mainar que la lenga d’origina de l’Agenés e d’un ensemble mai larg nomenat Occitània èra l’occitan e preocupat de l’integracion dins son país novèl, se lo metèt a aprene jos la ferula del Joan Rigosta alara professor d’occitan al licèu Palissi d’Agen. S’acontentèt pas d’adoptar la cultura occitana, faguèt de rescontres que lo menèron a una accion mai politica per Occitània coma las de Cristian Rapin, Maurici Pepin de l’ex librariá occitana carrèra Granolhac, Joan-Jacme Verdós, Jaume Ressaire e subretot Francés Fontan, fondador en 1959 del Partit Nacionalista Occitan, uèi Partit de la Nacion Occitana que n’èra vengut, qualques annadas fa, un dels tres copresidents. Militant inlassable de la causa occitana coma io, avèm menat maitas batestas amassa e participat dempuèi 1982 a gaireben totas les grandas manifestacions per la lenga occitana mas tanben a l’Escòla Occitana d’Estiu de Vilanuèva d’Òut e encara l’Estivada de Rodés, l’Universitat Occitana de Nimes e ne passi. En ligason amb son militantisme, èra ferit de toponimia e d’onomastica per laquala collaborava a l’emission Adichats dins una ràdio locala. Trabalhava per l’ostal d’edicion lairaqués « les bouts de papier » (los tròces de papièr) e poèta occitan a sas oras, veniá d’i publicar un recuèlh de poesia « Punta de roge ». Negligissiá pas tanpauc lo dessenh nimai la literatura. Afogat de rugbí, aviá creat la Mesclanha associacion per lo retorn de la finala del top 14 dins lo Grand Sud. Trabalhant a la Pòsta puèi a la Banca Postala, aviá conegut la granda dolor de l’exilh per de rasons professionalas a París, Ais de Provença puèi Bordèu per tornar a Lairac per sa retirada. Galabontemps, presava la cosina e los vins occitans. Son engatjament cultural e politic l’empacha pas d’èsser atrasent e totjorn aimable amb sos interlocutors, jamai agressiu amb los que partajevan pas sas idèas. Grèvament malaut dempuèi de temps, semblava sul camin de la garison mas aflaquit, s’en anguèt contra tot espèra. Érem d’amics pròches dempuèi 47 ans e sa despartida es una nafradura prigonda que lo quite temps poirà pas garir. Amb una tristesa infinida, adreçi mas condolenças mai sincèras a son esposa Joanina e a tota sa familha e los asseguri que m’esforçarai de contunhar sa lucha per una Occitània liura. Adiu Gèli, coma se ditz al carnaval : tu t’en vas e io demòri

Joan-Pèire Alari

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles