Retour sur la Foire de la Sainte Catherine

art Jacmelina.jpeg

Tornar sus la Heira de la Santa Catarina

Un peu en avance sur la date, ce dimanche 21 novembre, a eu lieu sous la halle Verdier, la 32ème Foire de La Sainte Catherine, organisée par la Section Nature et Patrimoine des Foyers Ruraux du Gers. Cette manifestation traditionnelle fut initiée par Jean-Louis Dutrey dans le but de sauvegarder des espèces fruitières de nos campagnes. Tous les auscitains connaissaient M. Dutrey, pour ses nombreuses connaissances de la nature, sa passion pour les plantes anciennes et les arbres fruitiers d’autrefois. Sa fille Christiane et Madame Jacqueline Bonneau, la présidente des Foyers Ruraux, maintiennent cette tradition dans l’esprit de son initiateur.

Depuis 10 h et jusqu’à 17 h les amateurs de jardins, les passionnés de patrimoine, ont défilé devant les divers stands.

Le pépiniériste M. Raymond Lapèze, spécialiste et défenseur de la régénération naturelle et de la gestion de l’existant, expose une grande variété d’arbres fruitiers anciens.

Jacques Estingoy montre et remontre les différents types de greffe : en fente, en couronne, en écusson ; spécialiste des vignes vierges, il nous a tout dit sur les lambrusques et autre liane.

En plus des plantes anciennes on pouvait acheter des produits locaux : floc, miels, vins, armagnac.

Les enfants étaient intéressés par des jeux surprenants : la planche à trous, le Fakir, jeu de style billard, jeu de Passe-boule...

Il y avait aussi de quoi surprendre les adultes : une machine de fabrication artisanale pour tresser des cordes en sisal, comme les vrais cordiers, un toboggan, trieur de graines, de la plus lourde à la plus légère.

D’autres expositions attendaient les curieux : la société gasconne de mycologie présentait les champignons d’ici ; le CPIE (Centre Permanent d’Initiation à l’Environnement) affichait une sensibilisation à l’environnement et au jardinage naturel, des conseils pour lutter contre les indésirables de nos jardins.

L’Ostau Gascon, une fédération qui compte 27 associations qui œuvrent en faveur de la langue et de la culture occitane de Gascogne, était présente avec quelques ouvrages en occitan, des contes, mais aussi des recettes de cuisine avec des produits naturels locaux, textes traduits en français pour ceux qui ont oublié le gascon !

L’Art Paysan, était représenté par des œuvres créées par Jacqueline Bonneau à partir d’éléments pris dans la nature qui elle-même est une grande artiste.

Des photos en noir et blanc, des ateliers gersois illustraient notre mémoire gasconne en Armagnac : travaux des champs, récoltes, élevage, gavage, écoles, transports, habillements...

Sous cette halle où flottait encore l’ombre et l’esprit de Jean-Louis Dutrey, des passionnés de nature, attachés à leurs racines, sont venus échanger conseils, partager ce qu’ils ont en commun, un savoir-faire paysan, une sagesse naturelle, et plus secrètement, un désir de sauvegarder cet héritage.

 

« A la sainte Catherine, tout bois prend racine ! »

M. N.

 

 

Un pauc en avança sus la data, aqueth dimenshe 21 de noveme, se tengoc a l’acès de la  hala Verdier, la 32au Heira de La Santa Catarina, organizada per la Seccion Natura e Patrimòni deus Larèrs Ruraus deu Gèrs. Aquesta manifestacion tradicionau estec iniciada per Jean-Louis Dutrey e qu’a per tòca de sauvaguardar espècias frutèras deu parçan. Tots los d’Aush coneishevan En Dutrey, per las suas nombrosas coneishènças de la natura, la sua passion per las plantas ancianas e los aubres frutèrs de bèth temps a. La sua hilha Christiane e Na Jacmelina Bonneau, la presidenta deus Larèrs Ruraus, mantenan aquesta tradicion ens l’esperit de son iniciator.

De detz oras deu maitin dinc’a cinc oras deu vespre los amators de jardins, los ahuecats de patrimòni, son passat davant los divèrs taulers.

Lo plantanhèr En Raymond Lapèze, especialiste e defensor de la regeneracion naturau e de la gestion de l’existent, expausa ua grana varietat d’aubres frutecs ancians.

Jacques Estingoy muisha e torna hèr véder los diferents tipes d’empèut : en henta, en corona, en escunçon ; especialiste de las vinhas verjas, nos a tot dit sus las lambruscas, las vitaubas e autas lianas.

De mes de las plantas ancianas, se podeva crompar fruts de la tèrra deu país : flòc, mèus, vins, armanhac.

Los mainatges eran interessats peus jòcs susprenents : la palanca a traucs, lo Fakir, jòc d’estille bilhard, jòc de Passa-bola ...

Que i aveva tanben de qué suspréner los adultes : ua maquina de fabricacion artisanau entà trescar còrdas de sisal, coma vertaders cordèrs, un tobogan (eslissadera), triador de granas, de la mes pesanta dinc’a la mes lèugera.

D’autas mustras esperavan los curiós : la societat gascona de micologia presentava los camparòus de pr’aci ; lo CPIE (Centre Permanent d’Iniciacion a l’Environament) mustrava ua sensibilizacion a l’environament e au jardinatge naturau, conselhs tà lutar contra los indesirables deus nostes casaus.

L’Ostau Gascon, ua federacion que compta vint e set associacions que obran per la lenga e la cultura occitana de Gasconha, era presenta dab obratges en occitan, contes, mes tanben receptas de cosina dab fruts de la tèrra locau, textes revirats en francès taus qu’an desbrembats lo gascon !

L’Art Paisan, era representat per obras creadas per Jacmelina Bonneau dab elements pres dens la natura qu’es era tanben ua grana artista.

Fòtos en negre e blanc, talhers gersès illustravan la nosta memòria gascona en Armanhac : tribalhs deus camps, cuelhuda, neurissatge, embucatge, escòlas, transpòrts, vestiment...

Devath la hala on flotejava enqüèra l’ompra e l’esperit de Jean-Louis Dutrey, ahuecats de natura, estacats a la loas arrasics, son venguts escambiar conselhs, partatjar çò qu’an en comun, un saber-hèr paisan, ua sapiénça naturau, e mes d’escondon, un enveja de sauvaguardar aquèth eretatge.

 

« Entà Senta Catalina, tot bòi vèrd que pren racina ! »

M. N.

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles