Menu

Le château du Garrané mis à l'honneur par un grand magazine consacré au patrimoine

P1010755 (Copier).JPG

Après une restauration rigoureuse qui a duré plusieurs dizaines d'années

 Le château du Garrané a, ce mois-ci, les honneurs du magazine VMF (Vieilles Maisons Françaises) plus spécialement consacré cette fois au patrimoine du Gers. Ce pur château gascon bâti à la fin du Moyen- âge, sur les restes d’un édifice préroman s’est transmis dans la famille, soit par héritage, soit par mariage depuis 1321.

Lorsque Guilhem de Certaines et son épouse Claire en héritent en 1978, il est en fort mauvais état avec murs et toiture délabrés, ne possédant ni eau, ni électricité, mais avec de beaux vestiges de son histoire : des cheminées des XIIIe , XIVe et XVe siècles, des fenêtres à meneaux, des claustras, des anciens piliers en bois et en pierre soutenant les plafonds au centre des pièces du rez-de-chaussée.

A partir de ce moment-là, les nouveaux propriétaires n’ont eu de cesse de restaurer l’édifice, y consacrant week-ends et vacances avec le concours de leurs enfants et amis. La restauration suivie par la DRAC s’est faite de manière méthodique par tranches, en fonction des possibilités du propriétaire, en commençant par l’extérieur : chaînage des murs, réfection en totalité de la charpente et de la toiture, des façades, des fenêtres à meneaux. L’aménagement intérieur n’a débuté que plus tardivement et a demandé l’intervention de tous les corps de métier, sans oublier la superbe petite chapelle installée dans le chœur de l’ancienne église dont la décoration, selon la technique « a fresco »,  a été confiée à Yann Grégoire, un véritable petit bijou inspiré par les recherches faites sur place par les propriétaires dans de nombreux pays du Moyen-Orient.

Le prix Messimy qui lui a été décerné en 1996, n’est que la juste récompense pour l’investissement de cette famille qui habite la demeure depuis cinq ans maintenant, heureux d’avoir pu conserver les authentiques vestiges de son histoire. Pour Gilem et Claire de Certaines, le patrimoine familial se confond avec le patrimoine de notre Gascogne. 

Dans ce numéro de VSM, le lecteur pourra également découvrir d’autres châteaux gersois restaurés comme les bâtisseurs d’origine par leurs propriétaires, les vitraux de la cathédrale d’Auch, les pigeonniers gascons, l’abbaye de Boulaur, le château de Caumont, les bâtisses du riche passé de Condom, les châteaux des vignobles de l’Armagnac, la maison Claude Augé à L’isle-Jourdain, les peintures murales de l’Astarac et du Magnoac, etc . Y sont également répertoriés les sites et édifices à découvrir parmi lesquels, en bonne place, le moulin à vent de Durban et quelques curiosités comme les murs en damiers de l’Astarac et du Magnoac.

DSC05388.jpeg
Guilhem et Claire de Certaines( à droite) viennent de recevoir le prix Messimy dans les locaux de la Société Archéologiqu
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles