Menu

L’Union Départementale CGT du Gers communique

20190807184824rGTU cgt snaté.jpg

Il est désormais clairement avéré que le confinement est la seule et unique mesure qui puisse endiguer l'épidémie de COVID19. MACRON et son gouvernement, ont choisi de sauver l’économie au détriment des hommes. 

En effet, l’UD CGT du Gers est témoin de situations confuses dans plusieurs entreprises et services publics du département. Vouloir faire travailler en production dès lors que l’entreprise n’a pas la capacité de garantir la sécurité sanitaire d’un site et des salarié-es est irresponsable. Personne n’est au-dessus des lois, pas plus les entreprises que les individus et cette « pseudo-hiérarchie » semble bien petite devant une pandémie. Dans le cas où aucun bien de première nécessité n’est à produire, le travail doit être mis entre parenthèse pour laisser place au confinement et à la protection des salarié-es et des populations. 

Aucun risque de danger sanitaire ne doit venir favoriser la propagation du Covid-19. 

Le président de la République et son gouvernement, ne peuvent pas d’un côté écouter les discours des scientifiques, chercheurs, médecins qui appellent à une véritable mobilisation citoyenne pour sauver des vies, déclarer l’état de guerre et dans le même temps accepter que des entreprises ne contribuent pas à ce nécessaire effort de solidarité nationale. 
 
Beaucoup de petites structures et d’entreprises d’artisanats ont pris l’option raisonnée d’arrêter le travail. Les grandes entreprises ne peuvent pas faire différemment. Elles doivent prendre toutes les précautions possibles pour éviter la propagation du coronavirus et si elles ne le peuvent pas, fermer. Il n’y a pas d’autre alternative. La priorité est la protection des êtres humains et non des profits. 
 
Il est évident que le Président de la République et le Premier Ministre n’ont pas tenu un discours assez clair vis-à-vis des entreprises qui ne sont pas vitales à notre fonctionnement et, déjà, le patronat, Medef en tête, s’inscrit dans cette brèche. 
 
Est-ce que les beaux discours en « prime-time » destinés à faire reluire le dévouement des personnels de santé, en grève depuis plus d’un an, largement surexploités et violentés par le système capitaliste sans jamais être entendus, suffiront à endiguer la crise sanitaire et financière profonde dans laquelle ils nous entrainent ? La réponse est non ! La meilleure façon de répondre serait de redonner les moyens par le renforcement des systèmes existants : Sécurité Sociale et Services Publics en tête ! La paix sociale et la sécurité sanitaire sont à ce prix ! 

Macron mène « la guerre », elle doit être contre le virus et non contre les salariés.  

En faisant voter la loi d’urgence sanitaire, qui impose un nouveau tour de vis aux règles du travail, nous voyons vers qui il tourne ses canons. Nous notons un symbole caractéristique du capitalisme sourd et aveugle dans ce qui devrait être une urgence sanitaire : l’exécutif gouvernemental s’attaque d’emblée aux congés payés, au Code du travail… Ce gouvernement gère la pénurie en faisant prendre tous les risques à ceux qui travaillent. 

L’heure est au combat contre le virus. L’heure des comptes viendra ! 

L’UD CGT du Gers

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles