Menu

Langues régionales : François Alfonsi lance un appel à la manifestation contre la réforme Blanquer

images (3).jpg

L'euro-député corse, François Alfonsi, est à l'initiative d'une manifestation d'envergure contre la loi Blanquer qui se déroulera le 30 novembre prochain, à Paris. De nombreuses associations, en particulier des associations impliquées dans la promotion de la langue occitane, ont aussitôt répondu à l'appel pour soutenir l'apprentissage des langues régionales. 

En mai dernier, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, déclarait lors d'un débat au Sénat « On doit favoriser les langues régionales, mais on ne doit pas passer de l'autre côté du cheval, c'est-à-dire les favoriser à tel point qu'à la fin on ne parle plus français à l'école. »

Ces propos sont scandaleux : le fait d’apprendre l’occitan n’est pas handicapant vis-à-vis de la maîtrise du français ! Au contraire, cela crée une synergie cognitive, l’approche de plusieurs langues à la fois aide à en comprendre la logique et en accélère la maîtrise respective. En réalité, c'est le monolinguisme qui est un handicap, handicap malheureusement très fréquent en France. Du coup, François Alfonsi et le député breton Paul Molac ont créé un collectif dont le but est de valoriser et encourager l’enseignement des langues régionales à l’école, « Pour que vivent nos langues ».

Le 30 novembre prochain, ils seront à Paris aux côtés de toutes les associations et parlementaires de différentes régions de France pour une grande manifestation de soutien aux langues régionales.

--------------------------------------

(òc)

L'euro-deputat corse François Alfonsi qu'ei a l'iniciativa d'ua crana manifestacion conta la lei Blanquer que's debanara lo trente de noveme que veng a París. Fòrça associacions, en particular associacions implicadas dins la promocion de la lenga occitana t'an responut còp-sèc a la crida ende sosténguer l'aprendissatge de las lengas regionalas.

En mai passat, lo ministre de l'Educacion nacionala, lo Jean-Michel Blanquer, te declarava mentre un debat au Senat « Divèm favorizar las lengas regionalas, pr'aquò divèm pas passar de l'auta part deu chivau, es-a-díser las favorizar dincas qu'au cap, se parla pas pus francés a l'escòla. »

Aquela charradissa qu'ei escandalosa : lo hèit d'aprener l'occitan qu'ei pas handicapant cap a la mestresa deu francés : au contrari, aquò te hè ua sinergia intellectuala, se sarrar de mantunas lengas a l'encòp ajuda d'en compréner la logica e te n'accelèra la mestresa respectiva : qu'ei lo monolinguisme qu'ei un handicap, handicap malastrosament trop espandit en França. Alavetz, François Alfonsi e lo deputat breton Paul Molac t'an hèit un collectiu que la tòca n'ei de valorizar e encoratjar l'ensenhament de las lengas regionalas a l'escòla, « Ende que viscan las lengas nòstras ».

Lo trente de noveme que veng, seràn a París còsta totas las associacions e parlamentaris de regions divèrsas de França ende ua granda manifestacion de sosteng a las lengas regionalas.

 

 

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles