Menu

Tour de France 2020, deux jours dans les Pyrénées et le Nord de la France oublié

Traversée d'Auch en 2012 - Photo Michel Amat.jpg

Une arrivée à Loudenvielle dans le 65, et une étape béarno-bigourdane, entre Pau et Laruns en passant par le Tourmalet, sans arrivée au sommet. C’est ce qui a été annoncé hier…

La 107e édition de la Grande Boucle se déroulera du samedi 27 juin au dimanche 19 juillet prochain. Elle a été avancée d’une semaine en raison des Jeux Olympiques de Tokyo qui ouvriront le 24 juillet.


Cette édition enchaînera les difficultés sur les sommets de tous les massifs. Le départ sera donc donné de Nice, avec deux étapes qui sillonneront l’arrière-pays avec quelques belles difficultés qui obligeront tout le monde à entrer rapidement dans le bain.

Plusieurs cols seront au menu de la 2e étape : la Colmiane, Turini, Eze et les Quatre Chemins. Et dès la 5e étape, le 30 juin, ce sera une première arrivée au sommet à Orcières-Merlette (1800 m).

À noter, une arrivée inédite au sommet du Mont-Aigoual en Lozère (2 juillet), et un départ de Millau et son célèbre viaduc (3 juillet). Le Tarn est aussi au menu avec une escale à Lavaur.

 

Le samedi 4 juillet (8e étape), la Grande Boucle arrivera dans les Pyrénées, en provenance de Cazères-sur-Garonne, au sud de Toulouse. Cette étape passera par Salies-du Salat avant d’aborder la montagne par le Portet d’Aspet et le col de Menté (1349 m). Après une descente vers Saint-Béat, les coureurs partiront à l’assaut de deux autres cols : le Port de Balès (1755 m) et Peyresourde (1569 m). L’arrivée sera jugée à Loudenvielle (945 m), après 140 km ouverts au baroudeurs.

 


Le dimanche 5 juillet, le parcours reliera Pau à Laruns et oubliera, pour une fois le mythique Tourmalet. Cette étape de 154 km partira directement vers les coteaux de Lasseube, direction Oloron et Lanne-en-Barétous, au pays des Mousquetaires. Premières difficultés : le col de la Hourcère (1440 m, 11 km à 8,8 %) prolongé par celui de Soudet (1540 m, 3,8 km à 8,5 %). Descente vers Arette et passage chez Jean Lassalle à Lourdios-Ichères avant d’affronter le redoutable col de Marie-Blanque (1035 m, 7,7 km à 8,6 %). Retour ensuite vers la vallée d’Ossau pour le final, au pays de Robert Paparemborde.


Le Tour filera ensuite (en avion) vers la Charente-Maritime pour une journée de repos avant une étape inédite de l’île d’Oléron à l’île de Ré, via Royan et avec le passage devant une demi-douzaine de forts Vauban.

La Grande Boucle rendra hommage à Jacques Chirac, l’ancien président de la République, en arrivant à Sarran (9 juillet). Suivra une étape 100% auvergnate jusqu’au Puy Mary (la pyramide du Cantal) avec un record : 4400 m de dénivelé et sept ascensions répertoriées.

Le 12 juillet, départ de la capitale des Gaules pour une arrivée inédite au sommet du Géant du Jura, le Grand Colombier (17 km à 7,1%). Avant le retour vers les Champs-Elysées, les Alpes livreront leur verdict avec des étapes impressionnantes, dont la montée de la super Planche des Belles Filles, et sa dernière rampe inédite. Avec aussi un contre-la-montre qui pourrait réserver des surprises.

Tous les détails sur letour.fr


Retrouvez toute l'actualité des Landes, Pays Basque, Béarn et Bigorre sur PresseLib, clic ici

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles