Menu

Petite parenthèse

gravelotte 3.jpg

Tomber comme à Gravelotte

Les Championnats du monde d’athlétisme, débutés à Doha, au Qatar le 27 septembre dernier, se terminent aujourd’hui, 6 octobre.

Mais  le minuscule émirat du Golfe persique, organisateur de l’événement sportif, ne devrait pas vraiment laisser de commentaires élogieux dans les annales.

Avec des températures dépassant les 30°, assorties d'un taux d’humidité atteignant jusqu’à 80 %, malaises, abandons et évacuations sur brancards des athlètes se sont multipliés. Malgré un stade à ciel ouvert réfrigéré - une aberration climatique ! - aux tribunes quasi vides, et des épreuves reportées en pleine nuit, sous les yeux de très rares spectateurs, essentiellement des médecins et secouristes.

Plus que les distributions de médailles, on retiendra surtout de ces mondiaux grotesques de Doha que les athlètes y sont tombés comme à Gravelotte.

Pour trouver l’origine de cette expression qui signifie que la pluie s’abat très fort (ce qui serait paradoxal sous ces latitudes), mais également que d’autres éléments tombent continûment en grandes quantité, il faut se rendre en Moselle, tout près de Metz, en 1870.

La guerre opposait alors la France à la Prusse. Entre le 16 et le 18 août, une funeste bataille tourna au carnage des deux côtés, faisant plus de 6.000 morts, 20.000 blessés et 4.500 disparus. On imagine la violence inouïe des combats qui ont pu être livrés lors de cette hécatombe.

Balles et obus pleuvaient sur les troupes avec une telle intensité que l’on gardera de l’Histoire, cette image,  « tomber comme à Gravelotte » (selon la désignation allemande puisque les Français parlent plutôt de la bataille de Saint-Privat).

Au Qatar, les athlètes ne sont pas les seuls à tomber dans ce jeu de massacre. La construction de huit stades, en prévision de la prochaine Coupe du monde de football, en 2022, fait état du triste bilan d’un mort par jour parmi les ouvriers.  Sans compter les milliers de travailleurs immigrés, traités comme des esclaves, attendant depuis des mois d’être payés. Avec expulsion à la clé, s’ils osent seulement le demander. 

Triste record pour cet état richissime.

Illustration gravure allemande (DR)

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles