Menu

Echos émotionnels d'après remaniement

Presse et radio s'en font une joie

Commentaires de-ci de-là dans la presse et sur les ondes

Depuis les régionales, le remaniement était dans les tuyaux. Certains attendaient patiemment, espérant revenir au gouvernement ou y accéder. D’autres craignaient au contraire de perdre leur portefeuille. Tous ont été fixés jeudi, quelques minutes seulement avant le communiqué de l’Elysée, 

Fleur Pellerin « en larmes », manque de s’évanouir.

La ministre de la Culture a appris avec surprise son éviction du gouvernement. « J’en suis à mon troisième ou quatrième gouvernement, donc je suis sereine maintenant », confiait-elle, peu avant l’annonce.D’après RTL, Fleur Pellerin aurait appris la mauvaise nouvelle seulement 45 minutes avant les Français.

Jean-Marc Ayrault succède à Laurent Fabius au Quai d’Orsay. L’intéressé a appris l’heureuse nouvelle par un coup de téléphone de… Manuel Valls. C’est pourtant lui qui l’avait poussé hors de Matignon en mars 2014 pour prendre sa place. « C’était un échange amical et cordial. Le Premier ministre lui a détaillé la composition du gouvernement et lui a souhaité la bienvenue », raconte Matignon au Figaro. 

Marylise Lebranchu s’en va pour « faire de la place »

« François Hollande m’a appelée en personne. Cela a duré une minute », confie-t-elle au Parisien. « Il m’a expliqué qu’il avait besoin de faire rentrer Jean-Michel Baylet au gouvernement. Il fallait faire de la place ». 

Emmanuelle Cosse était tentée depuis plusieurs jours

L’ancienne patronne d’EELV s’était vu proposer le poste depuis plusieurs jours. « Elle a été contactée et elle a envie d’y aller », confiait un cadre écologiste à 20 Minutes quelques heures avant le remaniement. 

Placé gagnant... et content sans commentaire

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles