Henri Faget va fêter son centenaire au Château de Cassaigne

Faget Henri IMG_4655.jpg

À la découverte de ses cent vies consacrées à la promotion de sa terre natale

En ce premier jour de novembre, Henri Faget va fêter ses 100 ans au château de Cassaigne, en petit comité, avec famille et amis, et quelques personnalités qui viendront lui rendre honneur à cette occasion.

Figure du Gers, passeur de mémoire, Henri témoigne d’un temps disparu, tout en ayant pourtant été un précurseur du tourisme vert, un promoteur de l’Armagnac et un ambassadeur du Gers.

Une enfance au château

Né en 1921, au moment où l’électricité transformait sur Cassaigne, Henri connut l’enfance heureuse d’une vie bourgeoise et campagnarde entre les parties de pêche et de chasse avec ses parents, les baignades dans la Baïse, la camaraderie à l’école du village et les voyages à Paris en partant de la gare la plus proche, celle de Mouchan.

Une jeunesse entre philosophie et vignes

À Toulouse, au début de la guerre, il suit les cours clandestins du grand philosophe, proscrit parce que juif, Vladimir Jankelevitch qui enseigne alors sous une fausse identité.

Après le décès de son père,en 1942, il retourne à Cassaigne pour y apprendre le travail de la vigne et reprendre l’exploitation familiale. Humaniste, il prendra sa part dans la lutte contre le nazisme en recueillant des personnes de confession juive.

La guerre finie, il se marie, en 1945, avec Elvire dont les parents tenaient, au bout de l’allée du château, une boulangerie et une petite entreprise d’autocars. Est-ce pour cette raison qu’il s’est transporté vers l’aventure du tourisme ?

Henri Faget et son épouse, Elvire, une belle complicité - Photo DR

Conversion dans le tourisme 1954 -1974

Il développe alors une agence de voyages à Bordeaux et à Condom. Il participe à l’envolée du tourisme populaire grâce à l’organisation de voyages en Europe et sur les rives de la Méditerranée. Il présidera d'ailleurs l’office du tourisme de Condom.

Promotion du Gers

Henri n’aura de cesse que de porter l’Armagnac et les richesses gastronomiques du Gers aux quatre coins de l’hexagone tout en développant l’accueil des visiteurs au château. Ainsi, Cassaigne devient une référence du tourisme vert et du développement local.

Henri va initier une animation culturelle au château qui perdure avec un festival de théâtre qui connaît les premiers pas de la Boîte à Jouer, la troupe condomoise bien connue depuis. Il s’engage également pour la restauration de l’abbaye de Flaran.

Enfin, il consacre une grande partie de son temps à un travail d’historien sur Cassaigne et ses environs, sur la Gascogne. Cela lui donne l'occasion de participer aux travaux de la société archéologique du Gers.

Il publiera, en 2008, un remarquable ouvrage "Cassaigne, un village en Gascogne" qui rassemble tous les atouts de ce territoire qu’il affectionne. L'auteur y retrace, avec panache, les différentes évolutions du village, avec de magnifiques illustrations. Pour ce travail, cet enfant du début du siècle n’hésitera pas à se pénétrer des nouveaux outils de la fin de siècle avec informatique et internet et ainsi de s’inscrire dans le fil de l’histoire de l’aventure humaine.

Bravo Henri !

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles