Sainte Dode honorée

Journee archeo Auch 03102020 (19) [1280x768].JPG

La Société archéologique, historique, scientifique et littéraire du Gers (C’est la dénomination exacte et complète) a décerné son prix annuel Général Messimy.

Il est attribué chaque année à une action en faveur du patrimoine gersois. Cette distinction fut créée à l’initiative de Maryse Curbet, fille du général Messimy, général de la guerre 1914-1918 et ministre à la veille de la Grande Guerre. Aujourd’hui, il revient à Renaud Gagnaire, fils de Maryse Curbet, de remettre le prix à la commune de Sainte Dode représentée par son maire Hervé Tujague, accompagné dans l’assistance de Paule Tujague, ancienne première adjointe du conseil municipal et passionnée de l’histoire de la commune de Sainte Dode aux confins méridionaux de l’Astarac, sur la colline, entre l’Osse et le Baïse. « C’est la récompense de l’engagement de toute une commune pour sauvegarder son patrimoine » indiqua  Renaud Gagnaire.

L’église paroissiale nécessitait d’être sécurisée. Il a fallu renforcer les fondations en introduisant en particulier des micropieux à 15 ou 18 mètres de profondeur. Puis renforcer la voute du l’entrée sous le clocher et maintenir le clocher qui porte deux cloches de belle taille. Enfin l’intérieur de l’église a retenu l’attention de la municipalité. Dans une première tranche de travaux, le sanctuaire retrouva sa dimension originelle. En effet au début du XXeme siècle, le prêtre desservant la paroisse avait fait murer le sanctuaire trouvant l’église trop grande et donc il officiait trop loin de ses paroissiens. Cette partie a montré grâce à des sondages de la DRAC des peintures murales du XIVeme siècle qui méritaient d’être réhabilitées. Cet édifice construit par les comtes d’Astarac vers le début du XIeme siècle, porte dans les peintures décrivant la vie et le supplice de Sainte Dode, la signature de Bernard d’Artiguedieu, chanoine du lieu.

Il est probable que la municipalité de Sainte Dode concourra à nouveau pour l’attribution du prix Messimy. En effet la commune de Sainte Dode possède un des rares temples protestant du Gers, monument désaffecté mais méritant une restauration importante.

Photo principale : Hervé Tujague, Renaud Gagnaire, Jacques Lapart.

La légende de Sainte Dode.
Dode et son frère Mondin pratiquait la foi chrétienne en cachette de leurs maitres gallo-romains. Ils furent persécutés et décapités Après sa décollation, Dode prit sa tête ensanglantée et alla la laver à la fontaine du Capulet puis la porta au lieu d’Oriaval où elle fut ensevelie. Les habitants construisirent un oratoire à proximité puis une église vit jour sur l’emplacement actuel. L’église contient des tableaux et un buste de Sainte Dode et Saint Mondin fêtés le 26 septembre.
Sainte Dode Decapitation de Ste Dode [1280x768].JPG
Peinture du XIVe siècle, décapitation de Sainte Dode.
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles