Menu

JIM dévoile sa 41eme programmation

marciac jazz ville.JPG

Toujours surprenante toujours exceptionnelle

Ouverture et clôture fracassantes

La 41e édition n'aura rien à envier aux précédentes

Après l’ampleur et la qualité de la quarantième édition qui avait surpris la planète Jazz l’an passé, on ne peut qu’être à nouveau surpris par la programmation de cette édition 2018 qui s’ouvrira le 27 juillet avec deux artistes prestigieux  Wynton Marsalis et Ibrahim Maalouf une prestation unique que ces deux têtes d’affiche, fidèles du festival assureront en exclusivité.

 

Deux autres monstres sacrés pour finir en apothéose, avec Carlos Santana pour la première fois au festival de Marciac celui pendant plus de quarante ans et presque autant d’albums, ( plus de 100 millions de disques et a joué à travers le monde entier ) promet de mettre le feu sous le chapiteau. À ce jour, il a remporté 10 Grammy® Awards. Et ce concert exceptionnel pourrait bien faire date.  Joan Baez, figure planétaire de la musique Folk se produira le 12 août  dans le cadre de la soirée "Marciac grands événements musicaux" pour sa tournée d'adieux à la scène baptisée "Fare Thee Well"  après Paris trois dates sur Paris elle achèvera selon ses déclarations sa dernière tournée européenne.

 

Les réservations sont ouvertes depuis ce matin lundi 19 mars sur les lieux et sites habituels et gageons que dès ce soir des centaines de places seront déjà retenues.

Entre ces moments événements les bonnes surprises ne manquent pas.

Dans tous les styles et tous les genres citons pêle-mêle :

Kid Creole & the Coconuts  Inclassable la composition de ce groupe phare des années 80 a beaucoup changé mais le cocktail de rythmes soul-calypso-rock et d'autodérision trouve toujours son expression la plus joyeuse, avec la présence pulpeuse des ravissantes Coconuts autour de son leader August Darnell. - Manu Katche –Richard Bona – Mike Stern, la rencontre au sommet de trois artistes majeurs qui ont déjà conquis le public du Jazz dans différents contextes. Lisa Simone, fille de la très célèbre Nina Simone, chante avec une énergie rare, dont les vibrations oscillent entre jazz, blues et soul. On ne présente désormais plus Lisa comme la fille de. Son groupe actuel cingle au large du jazz, file entre les îlots de la Caraïbe, parle le langage du corps. Ce qui n’empêche pas son jeu de scène d’avoir une âme : son guitariste Hervé Samb apporte un talent de compositeur et une belle inventivité sonore. Son batteur ouvre sans cesse les horizons rythmiques. Lisa Simone ou l’hérédité en mouvement...Grégory Porter Un artiste généreux, enthousiaste, habité d’un feu intérieur prêt à embraser un public qui découvre une version moderne, racée, de ce que furent les chanteurs à voix portante et à prose engagée dont les années 70 nous ont donné quelques exemples. le nouveau crooner à la voix de velours rendra hommage à la légende Nat King Cole.   Marcus Miller  Bassiste électrique virtuose, Marcus Miller pourrait figurer dans l’histoire du jazz uniquement avec Tutu, sa composition qui signa le grand retour de Miles Davis en 1986. Producteur réputé, interprète de haut vol d’un instrument trop rare la clarinette basse, artiste engagé auprès de l’Unesco, il retourne à ses origines africaines avec une jeune formation élevée au hip-hop. Quinqua tonique, Marcus nous propose ici son nouvel album et démontre que le jazz est toujours en mouvement.

Le festival off et le reste

Du 27 juillet au 15 août, la musique battra son plein de 11h30 à 19h30 sur la scène de la Place de l'Hôtel de Ville, de nombreux orchestres représentatifs de toutes les tendances du jazz, du traditionnel au plus contemporain s'y produiront tour à tour...et partout l’ambiance JIM envahira la ville.

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles