Une centaine de communes privées d'eau potable,


robinet.jpg

Jeudi, 93 départements de l'Hexagone faisaient l'objet de restrictions d'eau dont 62 sont considérés "en crise", le niveau d'alerte le plus élevé. Elisabeth Borne, première ministre, a demandé aux préfets de réunir, "dès la semaine prochaine, dans chaque zone de tension les commissions locales de l'eau et, lorsqu'elles existent, les autres structures de concertation locale de gestion de l'eau" afin de définir "la priorisation des usages en cas de nécessité".

"Cette sécheresse est la plus grave jamais enregistrée dans notre pays" et "la situation pourrait perdurer sur les 15 prochains jours, voire devenir plus préoccupante encore", souligne Matignon.

Elisabeth Borne a décidé d'activer la cellule interministérielle de crise, vendredi 5 août. Elle se réunira dans la journée même, selon une source gouvernementale. 

Le changement climatique modifie déjà le cycle de l’eau. Les épisodes de sécheresse sont de plus en plus fréquents et débutent plus tôt dans l’année. Cette année, dès mars, le Comité d'anticipation et de suivi hydrologique (CASH) s'est réuni pour faire le point sur la situation hydrologique et anticiper le risque de sécheresse en France métropolitaine cet été.

Les agriculteurs touchés de plein fouet.

Les agriculteurs doivent faire face à un déficit hydrique historique. Du maraîchage à l’élevage, toutes les productions sont affectées, dans toutes les régions.

Alors que la troisième vague de fortes chaleurs de l’été affecte la France et qu'une quatrième vague se dessine à partir du 11 août , les météorologues ne voient aucune précipitation dans les jours à venir qui pourrait soulager les hommes, la faune, la flore, les cultures et les élevages qui souffrent de cette terrible sécheresse. 

 

Publicité
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles