Bandas :Un des quatre meilleurs depuis qu’il existe

Le cru 2017 du festival des bandas restera dans les annales pour sa participation et sa qualité

DSCN5865 (2).JPG

Le chiffre des 35 000 festivaliers devrait être atteint lorsque tous les points de ventes extérieurs auront transmis leurs chiffres. Le président Pierre Verduzan est ce lundi matin un président « heureux ». Son adage depuis son arrivée à la tête du festival : « De la musique partout » a trouvé ce deuxième week-end de mai son aboutissement, même s’il reste toujours des choses à améliorer.

Un vendredi soir plébiscité

Malgré l’absence d’une grosse tête d’affiche le vendredi soir sur la scène principale de la place Saint-Pierre, le public des festayres était au rendez-vous. La prestation des Bandas du Sud avec le passage de la quasi totalité sur le podium principal a assuré le succès de la soirée au côtés des groupe qui se sont produits à la bodega du Festayres. Un espace qui a été créé pour désengorger les cloîtres point névralgique du festival et qui actuellement joue pleinement son rôle.

Samedi et dimanche un concours relevé

Les groupes qui avaient été invité pour cette 45ème édition n’ont pas déçu le jury.Le président des jurés avoue que les titres se sont joués à 1 point, quand on sait que le maximum qui puisse être obtenu est de 200, prouve que cela s’est joué à un plus sur l’animation, la qualité musicale, mais aussi sur le look vestimentaires pour un champion de France, une palme d’or, ou une Lune d’or qui représenteront le monde des bandas dans tous les grands festivals de l’hexagone ou à l’étranger.

La sécurité toujours au cœur des préoccupations

Pour le président Pierre Verduzan c’est aussi avec l’accueil des bandas et du public un point clé du festival. Non seulement l’accent est mis sur la sécurité, mais surtout cela se traduit par un investissement financier important puisque c’est devenu le plus gros budget du festival. « Heureusement que des partenaires privés nous apportent leur contribution pour la prévention. C’est bien d’en parler, de mettre l’accent sur la prévention, mais pour le faire il faut des moyens ». La suppression de la subvention pour la navette pour ramener les festivaliers chez eux au petit matin,l’absence des 2000 éthylotest gratuits ont obligé le festival à trouver de nouveaux partenaires.

Le respect des règles est aussi strict et le représentant de l’Etat a pu se rendre compte par lui même qu’à cinq heures du matin, les boutiques avaient fermées et ne servaient plus d’alcool.

Accueillir toujours mieux les festivaliers

Les deux zones d’accueil que sont Gauge et la prairie le long de la Gèle ont été cette année aménagée avec en plus des toilettes, des douches gratuites. Le festival penche déjà pour 2018 vers une autre zone d’accueil. A noter aussi les fontaines d’eau mises à disposition du public dans l’enceinte du festival, par le concessionnaire de l’eau de la commune : « c’est bien de pouvoir se laver les mains, se rafraîchir le visage à toutes heures du jour et de la nuit.»

La restauration des bandas 4600 repas servis

« On y mange de mieux en mieux avec tous les produits fournis par les partenaires locaux ». L’impact carbone est proche de zéro si on note que sur les 33000euros d’achats moins d’un millier est acheté hors zone. «Un coup de chapeau à tous les bénévoles qui s’investissent toute l’année pour la réussite du festival » C’est l’image du Gers et du festival qu’emporteront le millier de musicien qui ont foulé le pavé condomois pendant ces trois jours, dégusté les produits locaux qu’ils soient solides ou liquides : un partenariat avec « Excellence Gers » et les producteurs locaux.

Un coup de chapeau aussi aux services techniques de la ville qui en plus des aménagements nombreux mis en place, ont rendu ce lundi matin une ville propre aux condomois.

DSCN5865.JPG
Le dernier acte du festival la remise du titre de champion de France et de la Palme d'or

Suggestion d'articles
Commentaires
Suggestion d'articles
Menu