Aignan y toros

25eme corrida de Pâques

AIGNAN TERRE  D’AFICION

Les   anciens du  pays vous  raconteront qu’ils  ont  vu paître  sur les  collines  d’Aignan  du  « bétail  brave » , des  vaches  marquées  du  fer Ladoues qui  était le ganadero local  de courses landaises.

Cette  image  de tauromachie   était  tellement marquée  chez  les  Aignanais  qu’ils nommèrent    leur  ruedo   Arènes  André  Ladoues . Les   courses landaises    y  étaient    sérieuses  avec  dans  les  loges  , des  vaches    de  combat    qu’on appelait  «  marraines »    et qui infligeaient de sérieuses blessures.

Suivant    cet  esprit  de  combat dur   entre  l’homme   et la  bête,  on  passa    à   la fiesta brava. On se souvient  encore d’une  course  hispano  landaise , organisée   par  un  quartier    de la  ville  et   certains disent   encore : «  il nous fallut   mettre la main  à la poche   pour  régler les acteurs ».

Une  exposition    salle de  l’office  de  tourisme   vous permettra  jusqu’au   29 Avril de  suivre par l’image  les   25 ans  de   corrida. Il faut rendre hommage  à tous ceux  qui  ont   œuvré pour  que  les  Pâques taurines perdurent   dans une  ville  de  moins de  1 000  habitants  .

De  plus   les organisateurs  ont   joué  grand plateau   avec des   prestigieuses   ganadérias     qui  se  produisaient   dans  des arènes de  première   catégorie  avec   des   toreros  du   haut   de l’éscalafon   . Fidèles  amis des  Vicois    ils  optèrent      pour  une  éthique    toriste, pour la corrida authentique .

LE PROGRAMME   DES   PAQUES TAURINES

Novillada    non  piquée 

En voisin, les ganaderos du Lartet, Paul  et  Jérôme    amèneront   dans  les  torils  d’Aignan    des  novillos qui  comme chaque    année ouvrent avec brio  la  journée  taurine  de  Pâques   à Aignan : novillos   bien  armés , avec  du trapio,des  pattes  d’acier  et la noblesse  d’un  encaste   bien  sélectionné ; De plus  ,les  organisateurs   dans une période  où les  novilleros   sont    rares , d’où  prestations  répétées , ont à l’affiche : Juan Collado Diaz (Madrid) et Carlos  Dominguez  Cabrera.

DARRE-GALLON   Confrontation  de  deux   élevages   français

Le  président    Paul    Bergamo  en  rêvait  depuis longtemps : avoir des  toros  français dans   le ruedo des  arènes  d’Aignan ,  en   particulier   des bêtes gersoises   de  l’élevage  de   Jean  Louis   Darré  et   rappeler   le premier   élevage   qui  avait  foulé  le  sable  des  arènes   d’Aignan et  rendre  ainsi  un hommage   à l’éleveur   du  Sud-Est    Aimé   Gallon. 

Ses fils  Michel  et  Jean  Pierre  continuent avec    la même   passion    l’élevage  des    toros   d’encaste    Sampedro ,  un  encaste   avec  de   fortes  armures  et  offrant    une  grande  noblesse   au  dernier  tiers .

Les    aficionados   gersois   seront   heureux de   voir   dans  l’arène   des  toros   qu’ils  admirent    au  campo quand   ils passent  dans le secteur  de Bars , puis   Jean-Louis, le ganadero  de  la  terre , celui   qui  de    retour d’une manifestation  paysanne  à Paris   décida  de  suivre  les   conseils   des   hommes  en contact   avec   le bétail  brave  et  planta  des  piquets pour   clôturer. Jean-Louis    avait   été aussi  mozo d’espada  du torero  vicois Michel Lagravère   et  il gardait  en lui les  émotions  dans  les   pueblos  de la « Valle   de la terror » 

En    décembre  1992 arrivent   au «  Cantaou »  des  bêtes, d'origine  Guardiola , venant  de    chez Jean  Riboulet. La grande  aventure  est  lancée  avec  passion  et  courage,   et   la  sélection   du bétail est  sérieuse ,sa  rame  Guardiola  trouve    peu de   toreros   pour  les  combattre   même  si  elle enchante   les   toristes . Jean-Louis   s’oriente  vers   une  rame  moins  dure    d’origine  Marquès  de  Domecq , ce  sont  les   bêtes   qui aujourd’hui   sont lidiés  sous  le fer de Camino de Santiago. Des  erales   pour les  ouvertures  de   féria,   il  est arrivé à   présenter  du bétail   en corrida   et dernièrement     il   mettait   en  piste en Espagne   un lot   de toros,  un exploit   pour un ganadero  français . Pour   dimanche   il a sélectionné   3 toros   qui  devraient  répondre  à  ce  que  le public  du Sud-Ouest  attend .

UN CARTEL DE LUXE

Si  les  deux premiers   toreros du   cartel  sont bien  connus   du  public, celui   qui  complète la    terna  , Emilio   de   Justo,   est passé  en 2016 de  l’ombre   à la lumière    à  Orthez  et Mont  de Marsan  devant   des  Victorinos.

Pourtant   Emilio   de Justo  a pris    son alternative  chez lui  à  Caceres  le   26 Mai  2007,  parrainé  par   Alejandro   Talavante   et  Cayetano   Rivera , il  confirmait   à Madrid   le 29  juin  2008   face  à  des  toros  de  Juan Luis   Fraile  Martin. Il    a  connu  une carrière   difficile, avec  des  périodes   «  de bache »   mais  chaque   fois   qu’il  toréait,  il  recevait    des trophées. En 2013, on   compte  4 corridas , dont    2  mano   à  mano , 13  oreilles  et  une   queue . Apodéré  par le  Français   Luisito   il  a beaucoup  surpris   à Orthez  et Mont-de-Marsan  où  il   coupe  des  oreilles . Aignan  est    sa  première     corrida,    comme  il l’ a laissé entendre   il   veut   confirmer   ses  deux  prestations  de la   dernière   temporada   pour    finalement     convaincre  qu’il   est   un torero  classique   mais   valeureux. 

Manuel   Escribano -  chef  de  lidia  - Il   revient   après   un très  grave  accident qui  lui   a dévoré  la temporada   2016, mais  il  est parfaitement   remis   et a  retrouvé  toute  son  allégria  particulièrement  aux  bandérilles   où  son audace   crée  l’émotion .  Il  devrait faire   une   belle  démonstration en  mano a  mano   avec    Ivan   Fandino .

Manuel  a  été   découvert    dans sa   plénitude    pour  une  Pentecôte  à   Vic-Fezensac . Il avait  conquis  le  public  vicois   et  les  jeunes   aficionados    ont   créée     une  pena    qu’ils  appellent   «  la  Sonrisa »   , sourire de  Manuel. 

Ivan    Fandino, né en  octobre 1984-   Il  prend  son alternative le  8  mars  2009  avec  pour parrain Javier  Valverde  et   témoin Eduardo   Gallo,  devant des   toros   de  Aranz de  Roblès  - Il  confirme   à Madrid le   15 août 2013. Ce  sera   son premier   paseo  à Aignan. 

Le   tercio   de  piques  sera  assuré   par la  cuadra   de  Caballos d’Alain  Bonijol.

Location : 05 62 09 20 96 – http://aignanytoros.free.fr

Pierre   DUPOUY

toros.JPG
Toros de Darré
CCI09042017.jpg
Manuel Escribano chef de Lidia (portrait de Yves Duffour)
IMG_1447.JPG
Ivan Fandino aux banderilles

Suggestion d'articles
Commentaires
Suggestion d'articles
Menu